Laboratoire Leprince-Ringuet, École polytechnique, Palaiseau
+33 1 69 33 56 01

Quarantaine

Science for all, fun above all

Quarantaine

Depuis (presque) le début du confinement, nous recommandons un jeu par jour sur notre compte twitter et les empilons sur notre blog. Arrivés à quarante jeux, retournons-nous et demandons-nous lequel chacun de nous préférons.

The Witness, est clairement le jeu que je préfère dans la liste. Seule sur une île colorée, silencieuse et idyllique, il m’a permis de vivre d’intenses moments de curiosité et d’épiphanie. Mais le détail que j’ai réellement apprécié, ce sont les enregistrements audio qui expliquent, avec un soupçon de philosophie, la manière dont on parvient à la connaissance : un réel regard introspectif sur notre propre expérience du jeu (mais aussi sur notre expérience de vie). 

Priscilla, interactive designer ; image ci-dessus empruntée à gamekyo.com.

J’adore Zelda, Breath of the Wild pour sa liberté surprenante, son immensité. On peut passer des heures à se balader sans quêtes précises à finir, en profitant juste de la variété des décors et des rencontres. Ses sanctuaires et leurs énigmes sont aussi des petits casse-têtes sympas à résoudre.

Thomas, graphiste ; image empruntée à pocket-lint.

Burry me love… Inspiré par des témoignages réels et retravaillé au contact de vrais migrants, ce jeu propose de suivre le périple d’une syrienne, Nour, qui fuit son pays en guerre pour rejoindre l’Europe. Traitement graphique, échanges calqués sur ceux via les réseaux sociaux, choix de dialogues sur base de situations anodines ou critiques, j’ai trouvé particulièrement prenante cette plongée dans un pan de notre histoire moderne. Et la possibilité de progresser en temps réel renforce encore son efficacité. Parmi les dix-neuf fins proposées, quelle sera la votre ?

Catherine, cheffe de projets ; image empruntée à tryagame.fr.

Heave Ho ! Pour se serrer la main en cette période où on se serre les coudes. Idéal pour rassembler toute la famille dans le canapé, ce jeu coopératif est à ne surtout pas prendre au sérieux.

Tony, développeur ; image empruntée à cnc.fr

Baba Is You. Parmi les excellents jeux que compte notre sélection, Baba Is You est probablement un de ceux qui m’aura le plus absorbé en 2019. Partant d’un concept brillant proposant de manipuler ses propres règles pour résoudre des puzzles, le jeu développe ses mécaniques de façon tout aussi brillante, jusqu’à la mise en abîme. Apprêtez vous à passer de nombreuses heures à vous arracher les cheveux, parfois sur un même tableau, avant de vous libérer dans un Eurêka ! salvateur.

Pierre-Alban, game designer ; image empruntée à gamekult.com.

The Return of the Obra Dinn. J’ai adoré finir ce jeu car la tâche paraît impossible au début : identifier 60 passagers d’un vieux bateau en se promenant dans des scènes figées de leur mort et identifier un par un quel a été leur sort : qui a tué qui ? qui s’en est sorti ? J’ai commencé par galérer… Et puis à mesure que j’avançais, j’ai formulé des hypothèses et des méthodes pour les vérifier, qui marchaient la plupart du temps, jusqu’à ce que certaines vérités me sautent aux yeux alors qu’elles étaient là depuis le début. Un chef d’oeuvre d’investigation ! 

Raphael, narration et science ; image empruntée à playstation.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *